Immobilier neuf : Où va le marché en 2021 ?

Si l’activité dans le marché de l’ancien résiste, dans le neuf, le collectif est dans le rouge. En particulier dans les zones tendues. L’impact de la crise sanitaire qui a bloqué puis freiné des chantiers, le recul des permis de construire, les prix élevés, la pénurie de logements, le report ou la remise en cause de certains projets immobiliers par de nouvelles équipes municipales, affectent le secteur. Etat des lieux et projections.

Bilan 2020 : Les indicateurs clés de l’offre et la demande

Côté offre de logements neufs, sur 9 mois, la baisse dans la promotion privée atteint 40 % (-36 000 logements), et tous les territoires sont concernés. La pénurie est proche. Côté demande, moins de 20 000 logements ont été acheté en France par des particuliers au 3ème trimestre 2020. Sur 9 mois, la baisse atteint – 30 % (-34 000 logements). Cette baisse des ventes concerne aussi bien l’accession à la propriété que l’investissement locatif. Ci-dessous le tableau de l’Observatoire de la FPI (Fédération des promoteurs Immobiliers).

Les prix dans le neuf sont toujours élevés

Ce qui est rare est cher. Prix moyen d’un appartement neuf en VEFA en régions : 4 200 €/m2 (+ 3, 5 % sur un an). En Ile-de-France, on atteint les 5 200 €/m2. C’est tout le paradoxe : on produit et l’on vend de moins en moins de logements neufs, et pourtant, le neuf est de plus en plus cher. Si le coût élevé du foncier l‘explique en partie, la question du logement abordable pour les classes moyennes n’est pas résolue. Ci-dessous le tableau de la FPI sur les prix.

La construction dans le rouge

Les permis de construire, les mises en chantiers...Tableau, source groupe BPCE.



Perspectives 2021 : les indicateurs à suivre

Voici des éléments à prendre en compte afin d’avoir une vision du marché du neuf au cours des prochaines années. Solvabilité, financement, dispositifs de soutien, nouvelle réglementation environnementale et orientations sur la production de nouveaux logements.

PTZ et Pinel : Les dispositifs de soutien prolongés

Dans un contexte de crise, il y a un peu de visibilité prévue dans le cadre du PLF (projet de loi de finances 2021) : la prolongation jusqu’en 2022 du dispositif d’investissement locatif Pinel pour les investisseurs et le PTZ (Prêt à taux zéro) pour les primo-accédants. Ce soutien à la demande permet aussi de produire des logements et donc de maintenir, voire créer des emplois. Tableau synthèse Politique logement (source BPCE).

Retour